Entwicklung durch Migration: Eine Bestandsaufnahme ausgewählter Initiativen der Entwicklungszusammenarbeit von migrant*innen

SDG
Migration prägt unsere Welt sehr. In Zeiten zunehmender Globalisierung, Digitalisierung und rasanter Urbanisierung betrifft sie mehr denn je alle Länder und Menschen. Die Einbeziehung der Migration in die Agenda 2030 für nachhaltige Entwicklung bietet eine außergewöhnliche Gelegenheit, die Auswirkungen der Migration auf verschiedene Entwicklungsfragen zu bewerten und besser zu verstehen,…

Entwicklung durch Migration: Eine Bestandsaufnahme ausgewählter Initiativen der Entwicklungszusammenarbeit von migrant*innen

Migration prägt unsere Welt sehr. In Zeiten zunehmender Globalisierung, Digitalisierung und rasanter Urbanisierung betrifft sie mehr denn je alle Länder und Menschen. Die Einbeziehung der Migration in die Agenda 2030 für nachhaltige Entwicklung bietet eine außergewöhnliche Gelegenheit, die Auswirkungen der Migration auf verschiedene Entwicklungsfragen zu bewerten und besser zu verstehen, wie sich die Entwicklung auf die Migration und die Migrant*innen auswirkt. Migration hat direkte Auswirkungen auf die Umsetzung aller Ziele für nachhaltige Entwicklung (SDGs) und vieler ihrer Zielvorgaben. Die SDGs können nicht erreicht werden, wenn die Migration nicht angemessen berücksichtigt wird.

Migration kann ein starker Faktor für nachhaltige Entwicklung sein, sowohl für die Migrant*innen, ihre Gemeinschaften in den Herkunftsländern als auch für die Transit- und Zielländer. Doch genauso wie sich die Migration auf die Entwicklung auswirkt, wirkt sich die Entwicklung auch auf die Migration aus. Der Beitrag von Migrant*innen organisationen und -initiativen zur Entwicklung öffentlicher Güter in ihren Herkunftsländern ist ein Beispiel für einen effizienten Beitrag zur Entwicklung ihrer Herkunftsländer. Viele Migrant*innen vereine und -initiativen haben es sich zum Ziel gesetzt, Schulen, Gesundheitszentren und Wasserversorgungssysteme zu finanzieren. Ihre Auswirkungen auf die lokale Entwicklung sind oft positiv, da die Mitglieder die Probleme der Gemeinde kennen. Migrant*innen können auch einen positiven Einfluss auf die Entwicklung in ihrem Zielland/-gebiet haben. In vielen Fällen füllen sie Arbeitskräftemangel aus und bringen Fähigkeiten mit, die im Aufnahmeland nicht bekannt sind oder noch nicht gut beherrscht werden. Migrant*innen können neue Märkte und Geschäftsmöglichkeiten zwischen ihrem Ziel- und ihrem Herkunftsland schaffen.

Migration kann Innovationen fördern, wie z. B. bei der Rückkehrmigration, bei der das ursprüngliche Wissen vor der Migration und das während des Aufenthalts im Aufnahmeland erworbene Wissen durch die Rückkehr der Migranten als Grundlage in den Herkunfts Gemeinschaften dient. Sie kann persönlichen und familiären Projekten in den Bereichen Bildung, Fertigkeiten, Einkommens Schaffung und Existenzmöglichkeiten Gestalt verleihen. Für Migrant*innen in vulnerablen Situationen, wie es bei bestimmten Frauen und Mädchen, Jugendlichen und Kindern der Fall sein kann, ist zu beachten, dass Maßnahmen ergriffen werden müssen, um die Eingliederung und effektive Niederlassung im Aufnahmeland zu begleiten. Dies ist als Empowerment-Faktor wichtig, um ihnen die Mittel zu geben, ihre Bestrebungen in Bezug auf Beruf,Bildung oder Zugang zu Gesundheit zu verwirklichen.

Dieser Abschnitt, den wir Ihnen vorstellen möchten, ist so strukturiert, dass er einen Überblick über den Beitrag von Migrant*innen organisationen zur Zusammenarbeit und nachhaltigen Entwicklung auf verschiedenen Ebenen gibt. Er legt außerdem einen Schwerpunkt auf begleitende Initiativen und Organisationen zur Stärkung von Migrant*innen.

Hier herunterladen : https://www.place-for-africa.org/wp-content/uploads/2022/01/M-IGR-A-T-I-O-N-U-N-D-N-A-C-H-H-A-L-T-IGE-E-N-TWI-C-K-L-U-N-G-SDG-17.pdf

 

Von Sèmèvo ZODO

L’implication des jeunes migrant-es dans la lutte contre la pollution maritime 

La relation entre les océans et les migrations gagne en visibilité, en particulier quand on se réfère aux trafics qui s’y font via les navires et les voyages clandestins à la recherche de moyens de subsistance et d’une vie meilleure. Cependant, il y a encore bien d’autres arguments à soutenir en ce qui concerne la migration et les océans, en particulier pour les communautés rurales des pays d’accueil des migrant-es qui dépendent des océans. En effet, en Europe, la pêche maritime est également un secteur d’activité des migrant-es, ce qui constitue une source de revenus non négligeables pour le pays d’accueil. Il est donc important voire capital de lever les équivoques sur les préjugés liés à la migration et les zones maritimes et de mieux comprendre les dimensions de la contribution des migrant-es dans la lutte pour une sauvegarde responsable des ressources maritimes et à l’utilisation durable des ressources des écosystèmes marins. 

 Les migrations sont potentiellement un moteur de croissance et de développement pour toutes les parties concernées que ce soit les pays d’accueil, les pays d’origine et les personnes migrantes elles-mêmes. Dans les pays de destination, les migrant-es peuvent favoriser le renouvellement de la main-d’œuvre en contribuant ainsi à la viabilité économique en participant à plusieurs activités communautaires.  Se référant à l’Allemagne, les immigré-es sont de plus en plus jeunes, ce qui pourrait permettre d’avoir une main d’œuvre dynamique et assez forte pour mener des activités aussi bien à but lucratif que social notamment l’assainissement des berges marines. D’après une étude réalisée par Statistisches Bundesamt, l’Allemagne comptait en 2019 plus de 83 millions d’habitants. Ils étaient âgés, en moyenne, de 44,5 ans. Compte tenu de cette moyenne d’âge de la population, les jeunes ne pourront pas remplacer, d’un point de vue purement mathématique, la génération de leurs parents. Mais il s’agit d’un déficit que la Migration pourrait permettre de relever grâce aux  jeunes immigré-es qui peuvent intégrer rapidement le marché du travail. Ils pourront ainsi atténuer la pénurie de main-d’œuvre et contribuer à la prospérité et à la réussite économique du pays. En outre, de nombreux migrants apportent des compétences précieuses dans le domaine de l’environnement et de la protection de la nature, qui ne sont souvent pas visibles ou ne sont pas reconnues en tant que connaissances académiques. 

Par ailleurs, le réchauffement climatique est une réalité à laquelle les jeunes générations se confronteront de manière très brutale dans les décennies à venir. Et c’est dès aujourd’hui que les jeunes devront se mobiliser massivement pour préserver la planète. C’est dans cette optique que même dans les pays d’accueil, les jeunes migrants mènent des actions au quotidien afin de contribuer à la lutte contre les changements climatiques. En témoigne l’engagement de Amina TALL, une burkinabaise vivant en Allemagne qui milite pour la protection de l’ environnement. Consciente de l’urgence que constitue la sauvegarde de l’environnement, elle est impliquée dans ce sujet depuis des années, même en tant qu’étudiante, elle a  encouragé les gens de son quartier/village à planter des arbres fruitiers/arbres pour la préservation de la nature et pour la protection du climat. Son engagement se poursuit aujourd’hui et elle organise des séances de salubrité pour l’assainissement des  plages d’Allemagne. Ces séances sont un moyen pour les migrant-es de se réunir et de mener ensemble une activité communautaire qui impacte l’environnement ; cela facilite aussi l’intégration des migrant.e.s  dans leur pays d’accueil et constitue un espace de réseautage avec des autochtones. Amina TALL est actuellement  « Ambassadeur en Humanité dans le projet Moringa pour protéger la nature contre le changement climatique ». 

Comme elle, il existe bien d’autres associations de migrants qui mènent des activités au-delà des frontières de leurs pays d’origine pour une lutte efficace contre la pollution maritime. Nous devons donc regarder les politiques et pratiques migratoires avec un œil innovant, pour voir comment la migration peut apporter des solutions et des possibilités aux problèmes de  changement climatique et de dégradation de l’environnement.

Invisible giants: afrofeminism and womens’ commitment in human rights movements

Interviews

Invisible giants: afrofeminism and womens’ commitment in human rights movements

Interviews

Invisible giants: afrofeminism and womens’ commitment in human rights movements

Interviews

Invisible giants: afrofeminism and womens’ commitment in human rights movements

Interviews

Invisible giants: afrofeminism and womens’ commitment in human rights movements

Interviews

Invisible giants: afrofeminism and womens’ commitment in human rights movements

Interviews

Invisible giants: afrofeminism and womens’ commitment in human rights movements

Interviews

Invisible giants: afrofeminism and womens’ commitment in human rights movements

Interviews

Invisible giants: afrofeminism and womens’ commitment in human rights movements

Interviews

Invisible giants: afrofeminism and womens’ commitment in human rights movements

Interviews

Invisible giants: afrofeminism and womens’ commitment in human rights movements

Interviews

Invisible giants: afrofeminism and womens’ commitment in human rights movements

Interviews

Invisible giants: afrofeminism and womens’ commitment in human rights movements

Interviews
Interviews

Invisible giants: afrofeminism and womens’ commitment in human rights movements

Invisible giants: afrofeminism and womens’ commitment in human rights movements

Interviews

Invisible giants: afrofeminism and womens’ commitment in human rights movements

Interviews

Invisible giants: afrofeminism and womens’ commitment in human rights movements

Interviews

Invisible giants: afrofeminism and womens’ commitment in human rights movements

Interviews
Concours d’essai
Inégalités fondées sur le handicap
Invisible giants: afrofeminism and womens’ commitment in human rights movements
Eine Diskussion über Integration, Black Lives Matter und politische Bildung
L’après-COVID-19: réflexions pour une Afrique urbaine plus résiliente
Agenda 2030 in Afrika, 10 Jahre vor der Evaluation der SDGs
Changement climatique et inégalités Nord-Sud
Les mouvements de résistance en Afrique et au sein de la Diaspora en Europe
Regard sur la démocratie après 60 ans d’indépendance en Afrique
Artivism : le militantisme socio-politique porté par l’art

Dans la nature du lion, il est normal qu'il mange la gazelle. C'est le jour où le lion cessera de manger la gazelle qu'on se posera la question de savoir ce qui ne va pas

Senfo Tonkam, Activiste pour la libération de l'Afrique

Il faut former la jeunesse aux enjeux de sa géneration afin qu'elle soit plus active dans les débats líes aux politiques de développement

Ange Baimey, Activiste

Dans la nature du lion, il est normal qu'il mange la gazelle. C'est le jour où le lion cessera de manger la gazelle qu'on se posera la question de savoir ce qui ne va pas

Senfo Tonkam, Activiste pour la libération de l'Afrique

Il faut former la jeunesse aux enjeux de sa géneration afin qu'elle soit plus active dans les débats líes aux politiques de développement

Ange Baimey, Activiste

Dans la nature du lion, il est normal qu'il mange la gazelle. C'est le jour où le lion cessera de manger la gazelle qu'on se posera la question de savoir ce qui ne va pas

Senfo Tonkam, Activiste pour la libération de l'Afrique

Il faut former la jeunesse aux enjeux de sa géneration afin qu'elle soit plus active dans les débats líes aux politiques de développement

Ange Baimey, Activiste

Dans la nature du lion, il est normal qu'il mange la gazelle. C'est le jour où le lion cessera de manger la gazelle qu'on se posera la question de savoir ce qui ne va pas

Senfo Tonkam, Activiste pour la libération de l'Afrique

Il faut former la jeunesse aux enjeux de sa géneration afin qu'elle soit plus active dans les débats líes aux politiques de développement

Ange Baimey, Activiste

Dans la nature du lion, il est normal qu'il mange la gazelle. C'est le jour où le lion cessera de manger la gazelle qu'on se posera la question de savoir ce qui ne va pas

Senfo Tonkam, Activiste pour la libération de l'Afrique

Il faut former la jeunesse aux enjeux de sa géneration afin qu'elle soit plus active dans les débats líes aux politiques de développement

Ange Baimey, Activiste

Dans la nature du lion, il est normal qu'il mange la gazelle. C'est le jour où le lion cessera de manger la gazelle qu'on se posera la question de savoir ce qui ne va pas

Senfo Tonkam, Activiste pour la libération de l'Afrique

Il faut former la jeunesse aux enjeux de sa géneration afin qu'elle soit plus active dans les débats líes aux politiques de développement

Ange Baimey, Activiste

Menu
%d blogueurs aiment cette page :