Week 40: Niger

Official name: République du Niger

Superficie: 1 266 491 km²

Population: 24.291.068 habitants (estimation 2020)

Capitale: Niamey

Villes principales: Zinder, Maradi, Gazaoua, Tessaoua, Tahoua, Torodi, Agadez

Langues officielle: Français

Langues courantes: Haoussa, Djerma ou Songhaï, Fulfuldé, Peul.

Monnaie: FCFA (XOF)

Fête nationale:

24 avril (Concorde). 3 août (Fête de l’arbre – Indépendance en
1960)

Religions: 1% chrétiens, 98,4% musulmans, – de 1% religions traditionnelles.

Fuseau horaire: UTC + 1

Hymne nationale: La Nigérienne (elle sera bientôt changée)

History

Le Niger précolonial

Le Niger actuel a connu une succession de grands empires africains ayant marqué son histoire avant l’exploration et la colonisation. À l’ouest, était surtout marquée par l’affirmation de l’empire Songhay dont le berceau se trouve au Mali actuel. Deux importants mouvements de migrations vont accroître la présence songhay dans l’ouest du Niger et le nord du Bénin actuel : le premier après l’éviction de la dynastie des Soni par les Askai en 1493, et le second à la suite de la défaite de ces derniers face aux Marocains en 1591. Le nord du Niger a quant à lui été marqué par la formation des grandes confédérations touarègues des kel Aïr, kel Ferouan, kel Ewi et Ouliminden. Le sultanat de l’Aïr fut fondé en 1405. Au centre, naissent les États haoussa comme Sokoto, Zaria, Gobir, Katsina, Kabi. À l’extrême Est enfin, autour du lac Tchad, ce sont d’abord le Kanem, puis, à partir du xvie siècle, le Bornou dirigé par Idris Alaoma (1580-1617) qui s’imposèrent comme puissances dominantes.

L’arrivée du colon

Les premiers Européens à entrer dans cette région sont les explorateurs britanniques Mungo Park (sur le fleuve Niger, 1806), Hugh Clapperton et Dixon Denham et l’explorateur allemand Heinrich Barth (qui traverse les régions de l’actuel Niger pour se rendre à Kano et Tombouctou, de 1850 à 1854). Ces diverses explorations n’avaient pas pour but ultime une conquête territoriale mais plutôt une ouverture du marché nigérien à l’Europe et par la même occasion une suppression de la traite négrière. Ce n’est qu’en 1890, que les Français à travers le lac Tchad, font irruption au Niger en se confrontant à la résistance des Touaregs de l’Aïr. En 1900, les Français font du Niger un territoire militaire administré à partir de l’ancien sultanat de Zinder. Il devient une colonie française en 1922 et fut administrée à partir de Niamey pour rééquilibrer les pouvoirs économiques et politiques locaux, diminuer le poids de la communauté haoussa de Zinder ainsi que l’influence du nord du Nigeria, une région riche et peuplée. En 1946, il devient territoire d’outre-mer. Ce n’est qu’en 1958, le 18 décembre, que le Niger devient une république autonome au sein de la Communauté, malgré une campagne pour le « non » au référendum par le leader Sawaba Djibo Bakary, opposé au chef du gouvernement de Hamani Diori.

L’indépendance

Le 3 août 1960, le Niger accède à l’indépendance mais garde de bonnes relations avec la
France qui est d’ailleurs l’un de ses principaux partenaires commerciaux. Hamani Diori devintPrésident le 11 novembre 1960. Le pays s’est essentiellement centré sur le libéralisme pourassurer le développement économique du pays, économie au moment de l’indépendance,surtout axée sur l’agriculture et l’élevage. L’opposition avec Djibo Bakary devient de plus en plus forte. Ce dernier, contraint à l’exil à la veille de l’indépendance et qui bénéficiait du soutien du camp progressiste (Kwame Nkrumah, Ahmed Sékou Touré), tenta sans succès de prendre le pouvoir par la force. En Avril 1965, le président Hamani Diori échappe à une tentative d’assassinat ; il est réélu la même année, soutenu par le Parti progressiste nigérien (PPN) qu’il a fondé à partir de la section nigérienne du Rassemblement Démocratique Africain (RDA). Le Niger a connu comme Président outre Hamani Diori, Ali Saibou (1989-1993), Mahamane Ousmane(1993-1996), Mamadou Tandja(1999-2010) et Mahamadou Issoufou (président actuel depuis 2011).

Menu